Peintures

Description du tableau de Gustave Courbet «Bonjour, monsieur Courbet» (1854)

Description du tableau de Gustave Courbet «Bonjour, monsieur Courbet» (1854)


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

À l'exposition de Paris, une image réaliste est devenue un événement. L'artiste se sent comme un pionnier, faisant du thème central des œuvres d'art de ses contemporains engagés dans des activités quotidiennes. Particulièrement significatif et expressif de sa toile est le fait qu'il voit dans le fait de la vie un sens généralisant. La véracité et le réalisme de l'image ont choqué le public. L'artiste annonce le rejet des conventions de l'art académique, des thèmes historiques et littéraires au profit de la vie réelle.

L'intrigue de la toile est un véritable cas de la vie de Courbet qui, au printemps 1854, est invité à Montpellier par Alfred Bruyat, éminent mécène de l'art et collectionneur de tableaux. Il est très impressionné par les tableaux de Courbet et souhaite lui commander son portrait. L'artiste s'est capturé sur toile au moment où il s'est rencontré sur la route de Montpellier avec Bruyat lui-même et son domestique, accompagné d'un chien.

Une route couverte de poussière, un ruban sinueux, une charrette tirée par des chevaux visible autour du virage, de petites maisons misérables au loin, des verts rabougris le long des bords de la route - tout a été écrit soigneusement et en détail. Les couleurs sont sombres, beaucoup de couleurs claires. La profondeur et le bleu du ciel transparent avec des nuages ​​légers flottant au-dessus sont incroyables.

Le dernier tronçon de cette route de Courbet a été suivi à pied. Le peintre ressemble à un vrai voyageur, il est habillé comme un voyageur - dans une chemise et un pantalon légers et légers, un gilet jaune, il a un lourd carnet de croquis sur les épaules, sur lequel il a accroché un manteau d'en haut, un bâton dans une main et un chapeau qui lui a enlevé la tête dans l'autre en guise de salutation malgré une chaude journée ensoleillée et le soleil brûlant.

Le pauvre peintre est accueilli avec admiration par un riche philanthrope, élégamment et à la mode, également appuyé sur une canne. Les détails communs aux deux (et ils deviendront plus tard amis) sont des barbes de forme similaire, mais de couleur différente. Il est symbolique qu'un riche collectionneur enlève son chapeau à un pauvre talent en signe d'admiration pour son talent.





Botticelli Hell Map


Voir la vidéo: Famous Gustave Courbet Paintings (Juillet 2022).


Commentaires:

  1. Tilton

    C'est juste un merveilleux message

  2. Rudd

    Merveilleusement, pièce très utile

  3. Neville

    Ma mère disait que Dieu a donné deux têtes à un homme, mais il y a si peu de sang qu'on ne peut les penser qu'une à une. Il était une fois une famille suédoise ordinaire : mère, père, frère, sœur et enfant qui voulait un chien. La virginité n'est pas un vice, mais un analphabétisme sexuel. J'ai confiance, mais je vérifie

  4. Okpara

    Je vous demande pardon à intervenir, mais vous ne pouviez pas donner un peu plus d'informations.



Écrire un message